TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT GÉRARD GENETTE FIGURE III


Gérard Genette: Figures IIITélécharger PDF MOBi EPUB KindleDescriptionLes études qui composent. FIGURES III. GENETTE. Discours du récit. Dans un premier sens, récit désigne l' énoncé narratif, le discours oral ou écrit qui assume la relation d'un événement. 8 nov. Gérard Genette: Figures IIITélécharger PDF MOBi EPUB decitre, Figures III pages, ebook gratuit, blog, resumé bussi, ddl, telecharger ebook.

Nom: gratuitement gérard genette figure iii
Format:Fichier D’archive
Version:Nouvelle
Licence:Libre!
Système d’exploitation: Android. iOS. MacOS. Windows XP/7/10.
Taille:21.74 MB


GRATUITEMENT GÉRARD III TÉLÉCHARGER GENETTE FIGURE

Lanson, qui en avait crit une, comme chacun sait, dans sa jeunesse, disait plus tard qu'il y en avait assez et qu'on n'en avait plus besoin. Le malheur, ici encore, c'est que cette histoire, pour l'essentiel, reste crire, et il me semble que sa fondation serait une des tches les plus urgentes aujourd'hui. Littrature et vie sociale. Cela fait videmment partie de ce que l'on appelle l'histoire des ides ou des sensibilits. Il en est encore peu prs au mme point aujourd'hui, et c'est donc la premire critique que l'on peut adresser l'histoire littraire.

Suivez l'actu et ne manquez rien des ebooks de Gérard Genette en epub, PDF ou livre audio à télécharger dans votre liseuse, tablette ou smartphone. EXPLORATION D'UNE.. 56 Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, Page Acknowledgements i Table of Contents ii List of Tables iii List of Figures iii. Télécharger authentifie la ressemblance, qui autrement pourrait sembler gratuite ou force, mais en Documents similaires à Figures III - Gérard Génétte .

Deuxime espce distinguer, celle que 'prcisment Lanson appelait de ses vux, et qu'il proposait juste titre d'appeler non pas histoire de la littrature, mais histoire littraire : On pourrait crire, disait-il, ct de cette Histoire de la littrature franaise , c'est--dire de la production littraire, dont nous avons assez d'exemplaires, une Histoire littraire de la France qui nous manque et qui est presque impossible tenter aujourd 'hui : j'entends par l Il s'agit ici, on le voit, d'une histoire des circonstances, des conditions et des rpercussions sociales du fait littraire.

Cette histoire littraire est en fait un secteur de l'histoire sociale, et en tant que telle sa justification est vidente; son seul dfaut, mais il est grave, c'est que, depuis que Lanson en a trac le programme, elle n'a pas russi se constituer sur ces bases, et que ce que l'on appelle aujourd'hui l'histoire littraire en est rest, quelques exceptions prs, la chronique individuelle, la biographie des auteurs, de leur famille, de leurs amis et connaissances, bref au niveau d'une histoire anecdotique, vnementielle, dpasse et rpudie par l'histoire gnrale depuis plus de trente ans.

En mme temps, le propos d'histoire sociale a t le plus souvent abandonn: l o Lanson pensait histoire littraire de telle nation, on pense maintenant histoire littraire tout court, ce qui donne l'adjectif une tout autre fonction, et un tout autre accent.

Rappelons qu'en Lucien Febvre devait encore dplorer que le programme n'et jamais t rempli : c'tait dans un article intitul, non sans raison, l.

Programme d'tudes sur l'histoire provinciale de la vie littraire en France, fvrier ; in Essais de mthode, de critique et d'histoire littraire rassembls et prsents par Henri Peyre, Hachette, , p. En voici quelques phrases qu'il est bon de rappeler ici, car elles dfinissent avec plus de prcision que celles de Lanson ce que devrait tre l'histoire littraire annonce par celui-ci : Une histoire historique de la littrature, cela veut dire ou voudrait dire l'histoire d'une littrature, une poque donne, dans ses rapports avec la vie sociale de cette poque [ Mais il faut rappeler aussi qu'en , dans un article qui s'intitulait Histoire ou littrature 2 , Roland Barthes rclamait encore l'excution de ce programme de Lucien febvre..

Il en est encore peu prs au mme point aujourd'hui, et c'est donc la premire critique que l'on peut adresser l'histoire littraire.

GRATUITEMENT GENETTE III GÉRARD TÉLÉCHARGER FIGURE

Il y en a une autre, sur laquelle nous reviendrons tout l'heure. Cela fait videmment partie de ce que l'on appelle l'histoire des ides ou des sensibilits. Pour des raisons qu'il faudrait dterminer 3, cette histoirel s'est beaucoup mieux ralise que la prcdente, avec laquelle il ne faudrait pas la confondre : pour ne citer que des Franais, rappelons seulement les travaux de Hazard, de Bremond, de Monglond, ou plus rcemment ceux de Paul Bnichou sur le classicisme.

C'est 1. Littrature et vie sociale. De Lanson Daniel Mornet : un renoncement"?

Annales d'histoire sociale, III, ; in Combats pour l'histoire, p. Sans doute entre autres, parce que cette lecture idologique des textes reste plus la porte des littraires que le genre d'enqute socio-historique programme par Lanson et Febvre. TI y a tout d'abord ce qui tient aux difficults d'interprtation en ce sens des textes littraires, difficults qui tiennent elles-mmes la nature de ces textes.

En ce domaine, la notion classique de reflet n'est pas satisfaisante : il y a dans le prtend. On s'est demand par exemple si la littrature prsentait de la pense d'une poque une image en plein ou en creux: c'est une question bien embarrassante, et dont les termes mmes ne sont pas des plus clairs.

Il y a des difficults qui tiennent la! La rigueur scientifique recommanderait en effet bien souvent de rester en de de cette affirmation, et l'on peut observer que l'une des russites du genre, le Rabelais de Lucien Febvre, est essentiellement une dmonstration ngative.

La seconde objection, c'est que, mme si l'on suppose un instant ces obstacles surmonts, ce type d'histoire restera ncessairement extrieur la littrature. Cette extriorit n'est pas celle de l'histoire littraire selon Lanson, qui s'en tient explicitement aux circonstances sociales de l'activit littraire : il s'agit bien ici de considrer la littrature, mais en la traversant aussitt pour chercher derrire elle des structures mentales qui la dpassent et qui, hypothtiquement, la conditionnent.

Ici se pose immdiatement une question : quel pourrait tre l'objet vritable d'une telle histoire? Il me semble que cela ne peut tre les uvres littraires elles-mmes, pour cette raison qu'une uvre que l'on entende par l l'ensemble de la production d'un auteur, ou, a fortiori, un ouvrage isol, livre ou pome est un objet trop singulier, trop ponctuel pour tre vraiment objet d'histoire.

L' histoire d'une uvre , ce peut tre soit l'histoire de sa gense, de son laboration, ce peut tre aussi l'histoire de ce qu'on appelle l'volution - d'uvre en uvre d'un auteur au cours de sa carrire par exemple, ce que Ren Girard dcrit comme passage du structurel au thmatique 1. Ce genre de recherche appartient videmment au domaine de l'histoire littraire biographique telle qu'on la pratique actuellement, et c'en est mme un des aspects critiques les plus positifs, mais cela ne relve pas du type d 'histoire que je cherche dfinir.

Ce peut tre galement l 'histoire de son accueil, de son succs ou de son insuccs, de son influence, de ses interprtations successives au, cours des sicles, et cela, bien sr, appartient pleinement l'histoire littraire sociale telle que la dfinissaient Lanson et Febvre : mais on voit bien qu'ici encore nous ne sommes pas dans ce que j'appelais histoire de la littrature prise en elle-mme et pour elle-mme. Des uvres littraires considres dans leur texte, et non dans leur gense ou dans leur diffusion, on ne peut, diachroniquement, rien dire, si ce n'est qu'elles se succdent..

Qr l'histoire, me semble-t-il, dans la mesure o elle dpasse le niveau de la chronique, n'est pas' une science des successions, mais une science des transformations : elle ne peut avoir pour objet que des ralits rpondant une double' exigence de permanence et de variation.

L'uvre elle-mme ne rpond pas cette double exigence, et c'est pourquoi sans doute elle doit en tant que telle rester l'objet de la critique. Et la critique, fondamentalement - cela a t montr trs fortement par Barthes dans le texte auquel je faisais allusioFl tout l'heure -, n'est pas, ne peut pas tre historique, parce qu'elle consiste toujours en un rapport direct d'interprtation, je 9irais plus volontiers d'imposition du sens, entre le 1.

Seuils PDF Book - Mediafile Sharing

A propos de Jean-Paul Sartre : Rupture et cration littraire , ibid. Il ,me semble donc qu'en littrature, l'objet historique, c'est--dire la fois durable et variable, ce n'est pas l'uvre: ce sont ces lments transcendants aux uvres et constitutifs du jeu littraire que l'on appellera pour aller vite les formes : par exemple, les codes rhtoriques, les techniques narratives, les structures potiques, etc.

FIGURE TÉLÉCHARGER GENETTE III GÉRARD GRATUITEMENT

Il existe une histoire des formes littraires, comme de toutes les formes esthtiques et comme de toutes les techniques, du seul fait qu' travers les ges ces formes durent et se modifient. Le malheur, ici encore, c'est que cette histoire, pour l'essentiel, reste crire, et il me semble que sa fondation serait une des tches les plus urgentes aujourd'hui. Il est surprenant qu'il n'existe pas, du moins dans le domaine franais, quelque chose comme une histoire de la rime, ou de la mtaphore, ou de la description : et je choisis dessein des objets littraires tout fait triviaux et traditionnels.

Il faut s'interroger sur les raisons de cette lacune, ou plutt de cette carence.

GRATUITEMENT GENETTE III GÉRARD TÉLÉCHARGER FIGURE

Elles sont multiples, et la plus dterininante dans le pass a sans doute t le prjug positiviste qui voulait que l'histoire ne s'occupt que des faits , et par consquent ngliget tout ce qui lui apparaissait comme de dangereuses abstractions. Mais je voudrais insister sur deux autres raisons, qui sont sans doute plus importantes aujourd'hui.

Figures III pdf epub mobi

La premire, c'est que les objets mmes de l'histoire des formes ne sont pas encore suffisamment dgags par la thorie littraire, qui en est encore, du moins en France, ses balbutiements : redcouvrir et redfinir les catgories formelles hrites d'une tradition trs ancienne et pr-scientifique.

Une seconde raison, qui est peut-tre un peu plus grave, c'est que dans l'analyse des formes elle-mme, telle qu'elle est en train de se constituer ou reconstituer aujourd'hui, rgne encore un autre prjug qui est celui - pour reprendre les termes de Saussure - de l' opposition, voire de l'incompatibilit de l'tude synchronique et de l'tude diachronique, l'ide qu'on ne peut thoriser que dans une synchronie que l'on pense en fait, ou du moins que l'on pratique comme une achronie : on thorise trop souvent sur les formes littraires comme' si ces formes taient des tres, non pas transhistoriques ce qui signifierait prcisment historiques , mais intemporels.

La seule exception notable est celle, on le sait, des formalistes russes, qui ont dgag trs 18 tt la notion de ce qu'ils nommaient l'volution littraire. C'est Eichenbaum qui, dans un texte de oil rsume l'histoire du mouvement, crit propos de cette tape : La thorie rclamait le droit de devenir histoire 1. Il me semble qu'il y a l un peu plus qu'un droit : une ncessit qui nat du mouvement mme et des exigences du travail thorique.

Pour illustrer cette ncessit, je citerai simplement l'exemple d'un des rares ouvrages thoriques parus jusqu' maintenant en France, le livre de Jeal1C hensllrlaStr! Entre autres choses, Cohen montre qu'il y a, du XVIIe au Xxe sicle dans la posie franaise, une croissance concomitante de l'agrammaticalit du vers c'est--dire du fait que la pause syntaxique et la pause mtrique ne concident pas et de ce qu'il appelle l'impertinence de la prdication, c'est--dire principalement l'cart dans le choix despit1!

C'est un des sens que l'on peut donner aux clbres formules de Roman Jakobson, qui, aux tudes littraires, proposent pour objet non la littrature mais la littrarit, non la posie mais la fonction potique : plus gnralement, l'objet de la thorie serait ici non le seul rel, mais la totalit du virtuel littraire. Cette opposition d'une potique ouverte la potique ferme des classiques montre bien qu'il ne s'agit pas, comme on pourrait le croire, d'un retour au pass pr-critique : la thorie littraire, au contraire, sera moderne, et lie la modernit de la littrature, ou ne sera rien.

En prsentant son programme d'enseignement de la potique, Valry dclarait avec une insolence salutaire, et somme toute justifie, que l'objet de cet enseignement, loin de se substituer ou de s'opposer celui de l'histoire littraire, serait de donner ceIIe-ci la fois une introduction, un sens et un but.

GENETTE III TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT GÉRARD FIGURE

Les relations entre potique et critique pourraient tre du mme ordre, ceci prs - qui est capital - que la potique valryenne n'attendait peu prs rien en retour de l'histoire littraire, qualifie de vaste fumisterie , tandis que la thorie littraire a beaucoup recevoir des travaux particuliers de la critique. Si l'histoire littraire n'est en fait nuIIement une fumisterie , elle est cependant de manire vidente, comme les techniques philologiques de dchiffrement et d'tablissement du texte et au fond bien davantage une discipline annexe dans l'tude de la littrature, dont elle n'explore biographie, recherche des sources et des influences, gense et fortune des uvres, etc.

TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT GÉRARD GENETTE FIGURE III

La critique, elle, est et restera une approche fondamentale, et l'on peut prsager que l'avenir des tudes littraires est essentiellement dans l'change et le va-et-vient ncessaire entre critique et potique - dans la conscience et l'exercice de leur complmentarit. Ce reproche est ngligeable quand il est lui-mme formul au nom d'une idologie historiciste dont les implications sont trs exactement situes par Lvi-Strauss lorsqu'il demande de reconnatre que l'histoire est une mthode laquelle ne correspond pas un objet distinct, et, par consquent, de rcuser l'quivalence entre la.

En revanche, il faut le prendre au srieux lorsqu'il est formul par un historien au nom du fait, prcisment, que l'histoire est une discipline qui s'applique toutes sortes d'objets, et par consquent aussi la littrature.

Je me souviens d'avoir rpondu ici mme il y a trois ans Jacques Roger que, du moins en ce qui concerne la critique dite formaliste , cet apparent refus de l'histoire n'tait en fait qu'une mise entre parenthses provisoire, une suspension mthodique, et que ce type de critique que l'on appellerait sans doute plus justement thorie des formes littraires - ou, plus brivement, potique me paraissait vou, plus qu'aucun autre peut-tre, rencontrer un jour l'histoire sur son chemin.

Je voudrais essayer maintenant de dire brivement pourquoi, et comment. Il faut d'abord distinguer entre elles plusieurs disciplines, existantes ou hypothtiques, que l'on confond trop souvent sous l'appellation commune d'histoire littraire ou d 'histoire de la littrature. Communication la dcade de Cerisy-la-Salle sur l'enseignement de la littrature , juillet Texte corrig. La Pense sauvage, Plon, , p. Que ces monographies soient en elles-mmes bonnes ou mauvaises n'a pas d'importance ici, car de toute vidence la meilleure suite de monographies ne saurait constituer une histoire.

Figures III - Gérard Génétte

Lanson, qui en avait crit une, comme chacun sait, dans sa jeunesse, disait plus tard qu'il y en avait assez et qu'on n'en avait plus besoin. On sait aussi que la source ne s'en est pas pour autant tarie : il est vident qu'elles rpondent, tantt bien, tantt mal, une fonction didactique prcise, et non ngligeable, mais qui n'est pas essentiellement d'ordre historique.

Deuxime espce distinguer, celle que 'prcisment Lanson appelait de ses vux, et qu'il proposait juste titre d'appeler non pas histoire de la littrature, mais histoire littraire : On pourrait crire, disait-il, ct de cette Histoire de la littrature franaise , c'est--dire de la production littraire, dont nous avons assez d'exemplaires, une Histoire littraire de la France qui nous manque et qui est presque impossible tenter aujourd 'hui : j'entends par l Il s'agit ici, on le voit, d'une histoire des circonstances, des conditions et des rpercussions sociales du fait littraire.

GÉRARD GENETTE GRATUITEMENT III TÉLÉCHARGER FIGURE

Cette histoire littraire est en fait un secteur de l'histoire sociale, et en tant que telle sa justification est vidente; son seul dfaut, mais il est grave, c'est que, depuis que Lanson en a trac le programme, elle n'a pas russi se constituer sur ces bases, et que ce que l'on appelle aujourd'hui l'histoire littraire en est rest, quelques exceptions prs, la chronique individuelle, la biographie des auteurs, de leur famille, de leurs amis et connaissances, bref au niveau d'une histoire anecdotique, vnementielle, dpasse et rpudie par l'histoire gnrale depuis plus de trente ans.

En mme temps, le propos d'histoire sociale a t le plus souvent abandonn: l o Lanson pensait histoire littraire de telle nation, on pense maintenant histoire littraire tout court, ce qui donne l'adjectif une tout autre fonction, et un tout autre accent.

Rappelons qu'en Lucien Febvre devait encore dplorer que le programme n'et jamais t rempli : c'tait dans un article intitul, non sans raison, l. Programme d'tudes sur l'histoire provinciale de la vie littraire en France, fvrier ; in Essais de mthode, de critique et d'histoire littraire rassembls et prsents par Henri Peyre, Hachette, , p.

En voici quelques phrases qu'il est bon de rappeler ici, car elles dfinissent avec plus de prcision que celles de Lanson ce que devrait tre l'histoire littraire annonce par celui-ci : Une histoire historique de la littrature, cela veut dire ou voudrait dire l'histoire d'une littrature, une poque donne, dans ses rapports avec la vie sociale de cette poque [